networked society
learning + networked society + dossiers + extra
home + what's new + index + comments + rss feed

Ce texte pose la question de l'adhésion des citoyens au projet de la Société d'Information et se concentre sur les aspects pratiques pour obtenir une telle adhésion. Bien entendu d'autres sujets doivent aussi être abordés simultanément, notamment les questions de régulation. Ils ne sont pas traités ici.

Pour l'adhésion du citoyen
Penser, comprendre et construire la "Société d'Information"

L'appellation "Société d'Information" peut induire en erreur car dans cette société "promise" il sera davantage question de relations que d'informations. Elle sera forcément de nature participative. On s'attend à ce que son introduction se répercute sur une vaste gamme d'activités de la vie et qu'elle touche fondamentalement aux mécanismes de la société. D'ores et déjà, les changements politiques, économiques, commerciaux, techniques et sociétaux qui accompagnent l'introduction de la Société d'Information se suivent à un rythme croissant. Ils n'attendent personne. Ni les frontières, ni les montagnes ne nous protègent de leur impact. Ils agissent à la fois localement et globalement.

Dans les textes fondateurs de la "Société d'Information", notamment au niveau de l'Union européenne, on s'accorde que la "Société d'Information" ne peut aboutir qu'avec une adhésion très large de la population. Une telle adhésion ne sera pas faite d'un "oui" ou d'un "non" lors d'une votation populaire. Elle ne peut se commander par diktat administratif, légal ou commercial. Il ne suffit pas non plus de développer et de dispenser un savoir-expert à son sujet pour assurer sa réussite. Le succès de l'introduction de la Société d'Information requiert d'emblée une participation active et soutenue de l'ensemble de la population. Cette introduction ne peut se faire que si elle s'ancre dans le vécu individuel et collectif de chacun.

Le déploiement de la Société d'Information est vraisemblablement inéluctable, mais ses formes, peuvent encore être influencées. La situation est toutefois urgente. Si nous voulons:

  1. profiter pleinement de ces changements sur le plan économique mais aussi sur le plan de la cohésion nationale et du bien être de la population,
  2. éviter une aggravation chronique de ce que l'on appelle pudiquement la "société à deux vitesses"
les citoyens doivent impérativement participer dès maintenant au processus de construction de cette société en se servant largement des réseaux électroniques.

Les premiers pas

Accroître et approfondir la compréhension des mécanismes et des enjeux de la Société d'Information - tant théoriques que pratiques - de l'ensemble des usagers présents et futurs.

Impliquer directement tout un chacun dans le travail de réflexion afin qu'il ou elle puisse:

  • maîtriser l'utilisation des outils de la Société d'Information;
  • développer des pratiques/usages appropriées;
  • contribuer de manière adéquate aux prises de décision qui s'imposent.
A cette fin, tout travail de réflexion doit être saisi comme une chance pour sensibiliser et informer le public et pour construire cette société avec lui. Tel peut être le cas, par exemple, à l'occasion du travail du groupe de réflexion sur la Société d'Information mise sur pied récemment à la demande du Conseiller fédéral Delamuraz, des travaux suisses associés au G7 ou de la réflexion en cours de la Conférence universitaire suisse (CUS) sur la formation à distance.

Pour ceux et celles qui sont déjà connecté(e)s

Pour ceux qui sont déjà citoyens du "cybermonde", des outils et des procédures simples peuvent être développés à partir du World Wide Web et du e-mail pour permettre l'échange et l'apprentissage nécessaire. Toutefois, des modèles existants de forum ne sont pas toujours les plus appropriés. Le travail à faire est de nature journalistique, éditorial, pédagogique et relève de l'animation. Cela pourrait se faire de la manière suivante:
  1. Mettre régulièrement à disposition des informations pertinentes pour permettre à chacun de se tenir au courant et de mieux comprendre la situation;
  2. Fournir des visions, des avis et des prises de position afin de sensibiliser chacun à des aspects de la Société d'Information auxquels il ou elle n'aurait peut-être pas pensé, de nourrir le débat et de faire avancer les idées;
  3. Permettre un large échange au sujet de ces propos. Encadrer et animer les discussions de telle manière à ce qu'elles facilitent une meilleure compréhension des phénomènes.
  4. A partir d'un échange d'expériences personnelles et collectives, permettre l'éclosion de pratiques appropriées à l'utilisation des réseaux.
Cette plate-forme électronique pourrait également servir de courroie de transmission et de plaque tournante pour tous ceux qui sont impliqués dans les actions envers les personnes qui ne sont pas encore connectées. (Voir ci-après)

Pour ceux et celles qui ne sont pas encore connecté(e)s

En ce qui concerne ceux et celles qui se trouvent actuellement en-dehors du monde des réseaux, il ne manque pas de canaux de diffusion afin de leur informer. Toutefois, se limiter à informer ne suffirait pas. Il faut faire en sorte que la Société d'Information fasse progressivement partie du vécu collectif. Ce travail consisterait à sensibiliser le public, à mettre à disposition des informations, apporter une formation continue appropriée, mettre sur pied des expériences pilotes et avant tout montrer l'exemple. Une multitude de voies sont possibles. Nous esquissons ici quelques-unes qui nous semblent particulièrement indiquées:

1. Aux pouvoirs publics de donner l'exemple

Les administrations publiques en tant qu'employeurs d'une partie non négligeable de la population et en tant que fournisseurs de service à l'ensemble de la population, peuvent jouer un rôle décisif dans l'introduction de la Société de l'Information. Administrations et pouvoirs publics doivent montrer l'exemple par la manière dont ils adoptent les moyens de la Société d'Information.
  • Mettre sur le réseau des informations concernant les activités des administrations;
  • Lancer des projets-pilotes de services sur le réseau en faisant largement connaître ces expériences à la fois auprès du grand public ainsi qu'auprès du personnel des administrations;
  • Dans l'élan du "New Public Management", adopter l'utilisation des intranets au sein des administrations afin d'introduire une plus grande transparence et une meilleure circulation d'informations.
  • Entamer simultanément une campagne de sensibilisation et de formation de l'ensemble du personnel des administrations.

2. Le futur se trouve à l'école

L'école ne forme pas uniquement les futurs citoyens de la Société d'Information, elle sensibilise indirectement aussi les parents. Tel a été le cas pour des questions écologiques. Une série de réformes sont actuellement en cours dans les écoles en Suisse. Il faudrait profiter de cet élan réformateur pour soulever la question de la place de l'école dans la Société d'Information.
  • Sensibiliser les enseignants par rapport à la Société d'Information et son rôle dans la société et dans la formation en particulier;
  • Aider au lancement d'expériences pilotes en apportant un soutien logistique;
  • Permettre à chaque classe d'être connectée au réseau;
  • Assurer la formation continue pédagogique et technique des enseignants.

3. PME's, base du tissu économique

Il n'est pas facile de démontrer aux PME's l'intérêt et l'importance pour elles de se servir des réseaux électroniques. Leurs préoccupations se situent généralement ailleurs. Elles n'ont souvent ni le temps ni les moyens de s'y intéresser. Beaucoup travaillent encore uniquement sur les marchés locaux sans craindre la concurrence venue d'ailleurs, mais cette situation est en train de changer. Pour la santé économique du pays, il faut parvenir rapidement à amener les PME's à la Société d'Information. Les maîtres mots sont sensibilisation, émulation, formation et soutien logistique.
  • Lancer une campagne de sensibilisation auprès des représentants et des cadres des organismes de corps de métier et auprès des associations faîtières afin de les encourager à adopter des outils électroniques dans le travail avec leurs membres;
  • Apporter une aide logistique aux groupements de métiers afin de faciliter l'adoption des moyens électroniques;
  • Aider de tels groupements à organiser des cours de formation continue appropriés à l'attention de leurs membres;
  • Mettre sur le réseau certains des services de l'Etat qui concernent directement des PME's (par exemple, information sur le TVA, formalités douanières, brevets, publications officielles, ...);
  • Encourager la création de "télé-cottages" - infrastructures regroupant des entrepreneurs des très petites entreprises travaillant surtout dans le domaine des téléservices et du télétravail - en apportant un soutien logistique.

4. Les associations, instruments de la cohésion sociale

Dans la réflexion sur l'introduction de la Société d'Information on oublie trop facilement l'importance des associations. Historiquement, les associations ont contribuées grandement à souder le tissu social de la Confédération helvétique. Actuellement, la plupart d'entre elles vivent une grave crise de participation. Comment re-dynamiser ces activités communes et redonner aux citoyens le goût de s'y impliquer au nom de la cohésion nationale? Si la Société d'Information en soi ne peut pas "sauver" les associations, son intégration à la vie des associations et autres groupements informels peut être l'occasion d'une re-définition de leurs rôles et de leurs activités. D'autant plus, que la nature de l'utilisation des réseaux s'y prête particulièrement.
  • Sensibiliser certaines catégories d'associations et groupements à l'utilisation du réseau dans leurs activités;
  • Mettre sur pied une formation à l'utilisation des réseaux à l'attention des représentants et les coordinateurs des associations;
  • Apporter un soutien logistique (surtout informations et conseils) aux associations qui veulent se lancer sur le réseau;
  • Aider les associations à mettre sur pied des cours à l'attention de leurs membres.

Le financement

Les pouvoirs publics ne sont pas seuls à avoir un intérêt à ce que la Société d'Information s'installe et se développe le mieux et le plus rapidement possible. Il y a lieu d'associer pleinement tous les acteurs tant au niveau de la conception et la mise en forme du projet décrit ici qu'à son financement. Share or comment
| More

learning + networked society + dossiers + extra
home + what's new + index + comments + rss feed


ISSN: 1664-834X Copyright © , Alan McCluskey, info@connected.org
Artwork & Novels: Secret Paths & PhotoBlog - LinkedIn: Portfolio - DIIGO: Links
Created: June 27th, 1996 - Last up-dated: June 27th, 1996